Jean-Pierre Bocquet

PROCHAINES DÉDICACES ou interventions: ( 2019: mars, avril, mai, juin...septembre, octobre, novembre...)

     

livres

couv Errances                     

Des polars...

et aussi, disponible ICI depuis le 1er mai 2018 ERRANCES ( recueil de poèmes)

   (dates connues à ce jour, calendrier qui sera complété régulièrement)

   

 

 

pub JP2

Samedi 30 mars: salon du livre de MARQUISE, 10à19h
 

Samedi 27 avril: 14h30-18h30 Salon du livre, DUNKERQUE (  Hôtel de ville de Malo les Bains).

 

masonica-bocquet-1024x536

Dimanche 28 avril: MASONICA, BRUXELLES

 
Samedi 25 mai 2019 1er Salon du livre de la cité Europe, organisé par le Furet du Nord,  COQUELLES
9 juin: Salon Sang et Encre à Nogent le Rotrou ( 28, Eure et Loir).

 

 

 

Ouvrages disponibles également chez votre libraire ou sur Amazon, ou carrefour livres, sur fnac.com ou furet.com ...

En Belgique: à La Cale Sèche  ( Bruxelles)

chez votre libraire ou sur le net: E. Leclercq, Le FuretAmazon,  Cultura, Fnac,  Gibert JosephCufay  Décitre  etc.

Pour le Canada: Archambault ,Buro Plus ( mosaïque les libraires),Renaud Bray, Amazon.

Pour la Suisse, Payot Libraire.

Pour l'Espagne: ICI .

 


C'est tout bon? Non, c'est tout mal!

2019-03-16t124012z_1857179455_rc1974fa3c30_rtrmadp_3_france-protests_0Je sais désormais que j'ai de nouveaux droits: le droit de casser, de piller, d'incendier, de tabasser un homme à terre, de brûler au besoin femmes et enfants. Je sais désormais que j'ai même un défenseur pour ces droits, qu'il y veille scrupuleusement et que, toutes indemnités cumulées, il empoche 30 000 euros mensuels pour ses successifs fauteuils cossus. Merci aux policiers qui ont évité le pire dans l'immeuble en feu! Solidarité avec tous les employés smicards qui risquent d'être au chômage technique dès aujourd'hui! Et qui paiera les frais en fin de compte?

De Tata Castor, sur Facebook

Tuer n'est pas aimer

Une petite promenade avec Alain Souchon, dans les dunes............

Une histoire qui au départ semble banale, mais, qui, au fur et à mesure de l'intrigue prend de la complexité

C'est cela, qui fait  tout son charme, Jean-Pierre Bocquet, n'a pas son pareil, pour au fil de belles phrases, nous balader, dans bray-dunes, où il y a un très gros panier de crabes qui font tout pour s'entre-dévorer!

Posté par JP BOCQUET à 11:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

De Patrick, sur FB

3 am

 

 

Patrick D N'étant pas très lecteur, il me semble avoir appris un mot nouveau à chaque chapitre, chaque paragraphe, chaque phrase... Les scènes sont diverses et inattendues, plaisantes par la clarté et le don de l'auteur, qui s'appuie sur sa connaissance des individus et à n'en pas douter, ses qualités d'observateur.

Posté par JP BOCQUET à 17:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

De Cédric B, sur Facebook

AAA Bauwens Cedric GMD

Dans le train direction formation.
J'ai pu finir l'excellent livre de Jean-Pierre Bocquet place maintenant au suivant.
Merci Jean Pierre j'ai de nouveau voyagé dans le suspens et l'horreur avec la drôle de vie de la mère et du fils.


De Cédric, sur Facebook

Tuer n'est pas aimer

Cc, fini hier soir, un livre superbe j'ai aimé un sacré personnage ce Claude sans oublier la mêle-tout de la résidence une vrai concierge et le passage ce clin d'œil de la maison hantée de Hoymille. Je chante un baiser un baiser volé.. Cette chanson de Souchon colle bien à ce livre et ses personnage qui ont le nez fin 😉.
Bravo, encore bravo et merci de m'avoir fait autant voyager dans le suspens.
Amitiés
Cedric Bauwens

De Jacqueline Clément, via le blog ( "contacter l'auteur)

Couv grand maître

 

Bonjour à vous, je vous ai découvert lors d'un salon du polar. Je viens de terminer "Un grand maître Dunkerquois" -
D'une traite, difficile de suspendre la lecture - et pourtant j'aime le faire tant le plaisir de reprendre un livre là où l'on s'est arrêté est agréable.

Merci et j'ai hâte de dévorer vos autres réalisations ("dévorer" oups le mot n'est peut être pas idéal mais je suis encore dans l'histoire de ce cher LEROY)
Bravo et merci

Posté par JP BOCQUET à 17:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le sonnet du jour: L'esquif

Bateau-feu2*photo Emmanuel Pierrat

 L’esquif

Le frêle esquif au gré des flots suit ses chimères,
Ivre de houle il tangue et roule en cabotant
De port en port, tirant des bords par tous les temps,
Insolemment il cingle et vogue en eaux amères.

Le frêle esquif tout enfiévré du chant d’Homère
Frôle en silence au long des quais les nefs d’antan,
Les vieux gréements que l’on amarre aux cabestans
Et l’œil éteint du bateau-feu, phare éphémère.

Son nautonier ébouriffé fume bouffarde
D’âcre tabac de flibustier et trop lui tardent
Les vents marins chargés d’embruns et les récifs…

La toison d’or, l’île au trésor sont les rambardes,
L’autre versant de l’odyssée de ce vieux barde
Qui vit d’amour et d’horizons sur son esquif.

Le Phare dunkerquois: Un serial killer sur la digue

       

BD plaque6

LE PHARE DUNKERQUOIS du 26septembre...: Magazine
26/09/2018
Roman
Un serial killer sur la digue
Bertrand Haquette
Bertrand Haquette

 

La chanson d’Alain Souchon, célébrée par une plaque sur la digue, a servi de point de départ à l’intrigue.

 

 

 

Bray-Dunes: Jean-Pierre Bocquet transforme la plage en un lieu de prédation.

L’endroit si agréable et si tonifiant pourrait perdre ses belles couleurs et son caractère bucolique. Peut-être pas dans la réalité, mais très sûrement dans le polar de Jean-Pierre Bocquet. Son dixième opus est intitulé Tuer n’est pas aimer.
Ce roman évoque l’itinéraire meurtrier de Claude, un serial killer qui ne laisse rien au hasard. Le prédateur choisit longuement ses victimes. « Une première a été supprimée à Paris, puis une autre à Lille et une troisième à Dunkerque. Car cet Arlequin se déplace sans cesse. Il veille à modifier son apparence. Le roman débute avec Ella, une quatrième victime. Elle habite Malo et Claude la rencontre sur la digue de Bray-Dunes » , dévoile Jean-Pierre Bocquet.

Rencontre avec Alain Souchon
Un endroit que l’auteur connaît comme sa poche, notamment « le circuit des dunes, les pannes inondables, la digue » . Et particulièrement l’emplacement d’une plaque commémorative. Elle évoque la venue d’un chanteur. Car au cours de sa longue carrière, Jean-Pierre a servi comme professeur de français au collège de Bray-Dunes, puis à Dunkerque. Et en 2011, une rencontre fortuite le bouleverse : « Je me suis retrouvé nez à nez avec Alain Souchon. Un ami l’avait invité pour le cinquantenaire de l’amicale laïque. » Depuis, l’entêtante ballade du Baiser lui trotte dans la tête. Comme un énième grain de sable impossible à chasser d’une chaussure, poussé « par le vent de Belgique et les flonflons à la française » , la chanson de Souchon a donné naissance à l’intrigue. Celle d’un personnage qui séduit pour mieux tuer. Avec une idée fixe : la victime doit mourir comblée d’amour ! Ce baiser mortel est administré après un cadeau empoisonné : parfum subtil dans lequel Claude a ajouté de l’ocytocine, hormone du bonheur. De quoi mourir au meilleur moment…
L’ESSENTIEL
Jean-Pierre Bocquet habite Téteghem. Cet agrégé de lettres à la retraite a exercé au collège de Bray-Dunes puis au lycée Jean-Bart de Dunkerque.
Avec Tuer n'est pas aimer , les éditions Ravet-Anceau publient son dixième roman.

La Voix du Nord 29 septembre 2018

 
Un parfum. Et maintenant, un livre.

Les effluves du « Baiser », hommage à la plage de Malo-Bray-Dunes composé par Alain Souchon en 1999, inspire encore. Après s’être muées en parfum, vendu, à l’époque de la sortie du titre, par l’office du tourisme de Dunkerque, elles deviennent le fil rouge d’un nouveau polar. L’écrivain Jean-Pierre Bocquet, qui vit à Téteghem, à quelques kilomètres de la plage chantée, a imaginé le parcours d’un tueur en série imprégné de flonflons à la française et d’éléphants gris-vert. Il pousse le vice jusqu’à placer la plaque commémorative, inaugurée par le chanteur en 2010, au cœur d’une scène pivot de ce polar. De quoi susciter l’envie de se plonger dans les pages de Tuer n’est pas aimer (Éd. Ravet-Anceau, 12 €). Et de retrouver, nous aussi, les fancy-fair à la fraise.

Bray-Dunes Quand « Le Baiser » d’Alain Souchon inspire le tueur en série de Jean-Pierre Bocquet ( VDN)

VDN 26 09 redim

Voix du Nord

Bray-Dunes Quand « Le Baiser » d’Alain Souchon inspire le tueur en série de Jean-Pierre Bocquet

Bon connaisseur de Bray-Dunes où il a enseigné et vécu, Jean-Pierre Bocquet y a posé l’intrigue de son dernier roman.
Bon connaisseur de Bray-Dunes où il a enseigné et vécu, Jean-Pierre Bocquet y a posé l’intrigue de son dernier roman.

«  Pour le cinquantenaire de l’Amicale laïque de Bray-Dunes, son président Yves Davroux a fait venir Alain Souchon. Une plaque commémorative avec une photo de la plage et des paroles de sa chanson a été inaugurée. Je me suis toujours dit que je pourrais faire un polar à partir de ça  », raconte Jean-Pierre Bocquet. Résultat : la plaque sert de cadre à une scène pivot de son nouveau polar, Tuer n’est pas aimer.

Un assassin presque philanthrope

Jean-Pierre Bocquet s’est mis dans la tête de son tueur pour raconter, à la première personne, le périple meurtrier de cet ingénieur chimiste, qui le conduit, dans l’anonyme quiétude bray-dunoise, à la recherche de sa nouvelle victime. Un assassin presque philanthrope : «  Il pense accomplir quelque chose de bien car il prend des femmes en situation affective désespérée et veut les amener au bonheur pour les liquider au moment où elles sont pleinement heureuses.  » Sa méthode : une approche par les sens, et une opportune dose d’ocytocine, «  l’hormone du plaisir  ».

Les choses ne se passeront pas comme prévu pour le tueur, qui ne regardera pas toujours sa victime potentielle comme telle et qui devra lui aussi jouer les enquêteurs. Tuer n’est pas aimer regorge de surprises, jusqu’au bout. À découvrir à partir de ce vendredi soir… à Bray-Dunes !

« Tuer n’est pas aimer », éditions Ravet-Anceau, 270 pages. Prix : 12 €. Dédicaces ce vendredi à 18 h 30 à la médiathèque de Bray-Dunes ; samedi 6 octobre (après-midi), à La Librairie, rue Emmery à Dunkerque ; dimanche 14 octobre au salon Théodolivres de Téteghem ; les 10 et 11 novembre au salon du livre de Coudekerque-Branche.

Loin des yeux, près du coeur

 

Einstein

 

 

Le drame de l'Aquarius nous prouve qu'on ne peut pas se fier aux dictons: désormais, tous les chemins ne mènent plus à Rome... Comme quoi, s'aimer les uns les autres n'est pas une mince affaire.

Posté par JP BOCQUET à 08:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

Conception

Image_planning-familial

C'est en oeuvrant à l'émancipation des autres qu'on s'émancipe soi-même.

Posté par JP BOCQUET à 21:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

De Jean-Marie, après Othmane, le grand maître, sur Facebook...

Fin de ma petite semaine de congés dont je préfère taire les détails. Fin également du livre de Jean-Pierre Bocquet : Un grand maître dunkerquois. C'est un plaisir de retrouver les commissaires Delambre et Dubois ainsi que leurs équipiers. Si vous aimez le côté psychologique en plus du côté gore vous ne serez pas déçus. J'ai particulièrement aimé les détails et la subtilité de ce roman.

Ordo ab chao

couv Errances

Ordo ab chao

Du premier mot qu’il enfante au dernier qu’il appelle, de vers en vers et de rime en rime où il s’arrime d’élans en silences, tout poème est une errance, un pont jeté sur le chaos.

Et d’errance en errance, avant de s’envoler dans l’infini des choses, comme volutes de fumée, ainsi va la vie, cette rose de cendres.

Prochaines dédicaces: ( voir Calendrier des dédicaces sur ce blog)

  • 7 juillet, Carcassonne

 

Rhétorique

Les Rhétoriciens, par Jan Steen

 

Il arrive parfois que les langues de feu nous éclairent le lundi de Pentecôte. C'est mon cas. En parcourant mon canard régional ce lundi matin, j'y découvre que la Semaine de la langue flamande verra refleurir une tradition, celle des concours de rhétorique. J'y applaudis d'autant plus qu'il vaut mieux des chambres de rhétorique pour apprendre à vivre ensemble que des chambres d'accusation.

 

 

 

 

 

*Les Rhétoriciens, par Jan Steen

SOUCHON L'ENCHANTEUR

BD plaque1

Souchon l’enchanteur

Bardes et poètes, trouvères, ménestrels,
Aèdes à la lyre en des temps plus anciens,
Et même avec son luth un prince nervalien,
Oubliaient cette mer que chante Jacques Brel.

Neptune et son trident, néréides, cheptel
Fabuleux et fatal de monstres amphibiens,
Amphitrite et Triton, et Vénus en son bain,
L’anadyomène, tel était le rondel…

À Malo-Bray-Dunes, c’est un autre regard
Que portent désormais depuis un certain soir
Tous ceux qui, transportés, vivent d’un cœur nouveau

Aux mots d’Alain, de sable et d’eau, ces mots épars,
Aériens et légers, épurés de tout fard,
Ces mots de chaque instant, en chœur comme en solo…

De Jean-Marie, sur Facebook...

Une mauvaise semaine qui finit par la crève... Il n'y a pas mort d'homme ! Seule consolation, j'ai fini le roman "Dunkerque sous le signe d'Othmane" de Jean-Pierre Bocquet (qui n'est pas avec moi contrairement à ce qui est dit. C'est juste pour le citer) ! C'est un bijou ce livre ! Original et subtil. Je le recommande vivement.

Posté par JP BOCQUET à 20:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Mise en train

train

Actualité oblige: j'entame aujourd'hui une grève de mon train de vie. Plus d'apéro ni de chocolat! Que de la chicorée (pour l'amertume du vin d'amandes)! Le petit train-train en quelque sorte...

Posté par JP BOCQUET à 14:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,