Jean-Pierre Bocquet


PROCHAINES DÉDICACES ou interventions: ( 2021)

 

        20 0

(dates connues à ce jour, calendrier qui sera complété régulièrement)

 2021...


affiche Salon Fleurance 2021 logos
  • Dimanche 26 septembre: Festival du polar de Fleurance ( 32, Gers)
  • Samedi 2 octobre: Salon du livre de VIOLAINES ( 62), de 10 à 19h, salle Jean Moulin, rue du Mont Soret.
  • Vendredi 8 octobre: La Librairie  33 rue Emmery 59140 DUNKERQUE  16h - 19h30/20h
  • Samedi 9 octobre: La Librairie des Dunes 41 av Kléber 59240 Dunkerque-Malo les Bains, 14h-17h, puis café littéraire 17h-19h.
  • Lundi 11 octobre: Librairie Lamartine, rue nationale BERGUES, de 10h à 12h30 ( c'est le marché de Bergues! )

affiche

  • Samedi 16 et Dimanche 17 octobre: Salon Lyonnais du Livre Maçonnique, Palais de Bondy, LYON
  • Vendredi 12 novembre : La Librairie  33 rue Emmery 59140 DUNKERQUE , de 17 à 20heures, en compagnie de Ludovic Bertin et Daniel Bourdon.
  • Vendredi 19,Samedi 20 et Dimanche 21 novembre:.....
  • 27 novembre: Salon du livre maçonnique, LIMOGES Reporté en 2022

 

Et en 2022...

 

image canard

 

  • Samedi 29 janvier 2022: Salon du canard policier, DAINVILLE (près d'Arras,62)
  • Samedi 5 et dimanche 6 février 2022, salon du livre et de la BD, LA COUTURE ( 62)
  • Samedi 21 mai 2022, Les Forges obscures, salon du livre de TRITH SAINT LÉGER

 

 Des polars, des thrillers...     

Et aussi des poèmes: disponible ICI  ERRANCES ( recueil de poèmes)  et ICI Vers un autre regard ( recueil de sonnets)chez Hypérion Avenue, et à la Librairie des Dunes, 41 av Kléber, 59240 Dunkerque-Malo les Bains.

Et un roman noir:La mort refleurira ( mon 1er roman)

La mort refleuriraDisponible ici: Hypérion avenue, (et à la Librairie des Dunes 41 av Kléber, 59240 Dunkerque-Malo les Bains, ou à La LIB-RAIRIE 33 rue Emmery 59140 Dunkerque).

 

 

 

 

 

 

Dernières parutions:

1ere de couv image002

 

septembre 2019: V.I.T.R.I.O.L. Disponible en librairie, 16€ ( parfois sur commande) ou sur Culture.Leclerc ( réduction si retrait en magasin: commander ICI.)

Ou ICI ( PORT GRATUIT)Commander: ( Les Presses du Midi).

 

 Collection l'Anonyme d'Anvers... Voir le site de Jean-Marc DEMETZ, ICI

 

le chevaucheur rouge petiteJanvier 2021: Le Chevaucheur rouge, éditions ECE-D. Commande possible sur tous les sites  (cliquer sur le site choisi: CUFAY ( port gratuit), Amazon, FnacCulture Leclerc, Cultura, U-culture, Furet  etc.)

ET chez votre LIBRAIRE!

 

1er Septembre 2021:Participation à un recueil de nouvelles : Infiniment Polar( 1/09/2021) ma nouvelle : Bandeau funèbre

couv définitive

 

 

 

 


 

 

 

Infiniment polar, bandeau funèbre

Sort le 1er septembre! Flag éditions

couverture 2

auteurs

Ma participation à ce recueil: "Bandeau funèbre". Voici quelques indices concernant l'intrigue...

Bois des forts 2

bois des forts1

 

 

 

 

 

 

 

Rectangle noir poème

L'amphore de Tivissa

118906240_10224183225398145_977631053835351763_n

L’amphore de Tivissa

 

Un vieillard catalan celait en son cellier

Une amphore ébréchée, vestige millénaire,

Jadis outrée de vin ou d’huile des Ibères,

L’amphore où bonifiaient les crus des sommeliers.

 

Mais sans le moindre sou, sans écus ni deniers

Ce pauvre n’avait droit au vin qui régénère,

Il dînait en dormant, c’était son ordinaire,

Et l’amphore en tessons son hochet familier.

 

Sans cesse en son cellier, sa main la caressait,

En contournait chaque anse, appréciait le portrait

De cette oblongue forme, ouverte, offerte, avide.

 

En troc comme en monnaie, elle apportait nectar

Et saveurs et parfums, le bonheur tôt ou tard…

Mais aujourd’hui, mon Dieu, elle a le ventre vide !

 

118886181_10224183228358219_5669729468331523663_n

Le temps des rêves

Cass Don Quichotte

Le temps des rêves

 

Dépenaillé mendiant, étique et souffreteux,

Quichotte aux coins des rues espère sa pitance

Et l’hidalgo déchu, vieillard en déshérence

Vous conte ses exploits, du temps qu’il était preux.

 

Qu’escomptait-il alors, faydit aventureux

En se donnant un titre et beaucoup d’importance ?

Sa monture était rosse et son bâton sa lance,

De la Manche il était, pays sec et venteux.

 

Mais tandis qu’aux moulins, dragons ailés, titans,

Il cherchait noise et noise en s’épuisant content,

Sancho parait à tout, veillant à la voilure.

 

Qu’irait-il mouliner au sein des éoliennes ?

Son temps est révolu, sa geste trop ancienne.

Il nous reste son rêve et sa grande aventure.

* Yves Cass, Don Quichotte

 


Ma chaîne Youtube

47687372_1910485052405230_9000101297298341888_n

Pour accéder à ma chaîne Youtube et y regarder mes vidéos, cliquer ICI

Vidéo, V.I.T.R.I.O.L

VITRIOL couv

Promenade en musique à travers V.I.T.R.I.O.L ( Les Presses du Midi) sur Youtube, cliquer ICI.

Gadlu.info: Le chevaucheur rouge

le chevaucheur rouge entière corr

À lire sur GADLU INFO ( cliquer ici)

Acheter chez votre libraire, ou en ligne... cliquer sur le logo...

 

a-logo-amazon

fnac

 

Le Chevaucheur Rouge
EUR 25,00

 


L'Alchimie du polar

sonnet annonce lib des dunes malo

Mercredi 26 mai dès 13h30, Librairie des Dunes 41 av Kléber, Malo ( Dunkerque)

Les trois cousins

bonobo-congo-

Les trois cousins

 

Un savant bonobo compulsait un ouvrage

Qui ne l’était pas moins… Il apprenait ainsi

Qu’un cousin chimpanzé tabassait sans merci

Sa femelle asservie à son droit de cuissage.

 

Il espérait en vain qu’au lieu de tant de rage,

Chez l’erectus humain il lirait le souci

De rechercher la paix en son ménage aussi

Et de vivre d’amour, de l’offrir en partage.

 

Las ! Las ! Il découvrit que chez le singe humain

Le mâle est violent, en vient souvent aux mains,

Entend être le dieu, et que rien ne lambine.

 

Et ce bon bonobo, déçu de ces dérives

Dont l’homme impénitent trop souvent ne se prive,

Attentif, épouilla sa libre concubine.

 

De Sabine, par mail

le chevaucheur rouge petite

Merci et bravo à Sabine Deleu pour ce compte rendu de lecture!
 
Bonjour Anny,
Je n'ai pas l'adresse courriel de Jean-Pierre et n'entends plus utiliser les réseaux sociaux à d'autres fins que de savoir ce que pensent les autres, et ce, pour finalement enrichir ma propre analyse...
Si tant est qu'ils "pensent", lorsqu'ils "like" ou répondent par de simples assertions, non construites...
Je voulais juste dire, qu'étant "plongée" dans un essai de Jacques ELLUL: "Les nouveaux possédés" qu'il faudra bien lire deux fois...j'avais cru me "divertir" en lisant un bon polar, et pourquoi pas celui d'un grand frère?
Cela m'a pris tout mon après-midi d'hier et toute ma matinée de ce samedi jusqu'à 15 heures !
-N'ayant pas mangé, ni ce matin, ni ce midi, on ne peut pas dire que je souffre d'indigestion physiologique ! Il est vrai que vous avez tous quatre, les enquêteurs dans le livre, bien fréquenté les restaurants et vous êtes sustentés à ma place...
-De plus, tous les voyages du nord au sud de la France, puis à l'est ont épuisé ma petite Clio, celle qui transporte et mon corps et mon âme...
-Voyages aussi à travers le temps, les mythes divers et variés, leurs usages sacrés et profanes...
-Les opinions manifestes de l'auteur quant à la lâcheté des catholiques face aux dictatures...
Ce livre pourrait être considéré comme " indigeste " ; est-ce pour cela que je n'ai pas faim ? Je regarderai la TV ce soir, un plateau sur mes genoux, pour être sûre de nourrir le corps, pour que l'esprit puisse survivre...
Ce que semble dire ELLUL, c'est que le christianisme a eu tort d'accepter d'être érigé en Religion par Constantin ?
À chaque chapitre du livre de JP, je me disais que c'était le dernier, qu'il fallait cesser de lire, passer l'aspirateur, ranger et faire la vaisselle, écouter, comme d'habitude les émissions intéressantes de France Culture ?
La dernière découverte qui m'a plu, c'est "le coup" de la gifle et de sa compensation ! la différence entre le soufflet et la gifle...peut-être est-ce dans le Lévitique, mais si je m'y penche, je ne mangerai pas ce soir non plus, et demain, je serai trop épuisée pour emmener une sœur compagnon qui n'a jamais assisté à une tenue funèbre...à CORDIALITÉ ! et en plus, mon petit appartement sera toujours "sens-sans-dessus/dessous", ou l’inverse ?
En tous cas, une chose est sûre, c'est que ce "prétendu" polar ouvre de très nombreuses portes à qui veut les ouvrir...
Merci à tous deux,
Sabine


Joséphine B.

J Baker

Joséphine B.

 

À Montmartre autrefois par ton corps et ta voix

Tu fus monstre de scène et tableau qui fascine,

Tu fus éclat d’ébène, exquises jambes fines

Et tu grisas Paris qui n’acclamait que toi.

 

Quand arriva le temps des sinistres convois,

Des chambres et des fours où la Bête extermine,

Des lâches adhésions aux serviles combines,

Tu sus de suite agir, œuvrer à ce qu’on doit.

 

Et c’est ainsi, sublime et néanmoins modeste

Que le cœur sur la main, sans demander ton reste,

Tu devins simplement maman du genre humain.

 

C’est bien pourquoi J.B. je signerai en ligne

La juste pétition qui sait tes cendres dignes

D’entrer au Panthéon sans attendre demain.

Signer la pétition ICI

 

J Baker3

J Baker 2

Éployés du 1er mai

1er mai fourmies-1er-mai-1891

Éployés du 1er mai.

 

Le travail a sa fête autant que ses bourreaux,

Ses fâcheux accidents ; il nous vaut des médailles

Pour des ans et des ans passés vaille que vaille

Au châtiment divin et rebutant fardeau.

 

Longtemps les plus finauds, barons et hobereaux,

Parasites ancrés paressant à Versailles,

Intimaient de trimer partout à la piétaille

Tandis qu’ils paradaient, parlant bien, portant beau.

 

Et voici qu’aujourd’hui, le travail c’est l’emploi,

Les contrats, les acquis, tout est de bon aloi.

Mais l’emploi a son mode adéquat aux machines…

 

Méfions-nous de ce mot, employés, employeurs :

L’Homme n’est point robot, il a droit au bonheur,

À trois brins de muguet, à redresser l’échine.

Un écran d'éoliennes?

eoliennes-mer-dunkerque

Un écran d’éoliennes ?

 

J’ai rêvé cette nuit que surgissaient soudain

D’agressives forêts de fourbes éoliennes,

Déplumées, boulonnées, monstres marins pérennes

D’échassiers de métal, cyclopes opalins.

 

Entravé de barreaux, je m’épuisais en vain

À rêver de grand large, à espérer qu’advienne

Un vol de goélands, un chalut que l’on traîne,

Et semblant d’horizon pour un regard humain.

 

Mais de mon cauchemar je ne sais plus le lieu.

À Deauville ou La Baule ? À Nice ou Mandelieu ?

J’ai le pressentiment que c’était plus au nord.

 

Aurait-on décidé d’incarcérer nos flots 

Et d’encager la côte en partant de Malo ?

Qui donc veut enlaidir l’indéniable trésor ?

TITANIC: 15 avril

Titanic naufrage date

TITANIC : 15 avril

 

Dans la nuit lentement, sous la voûte stellaire,

L’insubmersible nef s’incline et se déporte,

Labyrinthe imprévu d’escaliers et de portes

Dont Berthe à temps s’échappe en canot salutaire.

 

Les femmes, les enfants, s’éloignent du calvaire,

Les riches seulement, les pauvres ? Peu importe !

Et coincés par la grille, ils mourront de la sorte,

Gavés de boue et d’eau pour unique salaire.

 

Et tandis que Walter, fidèle au vieil adage,

Zélé du savoir-vivre est mort pour ce courage,

Des rupins plus rusés ne furent que fripouilles,

 

Mais que l’on célébra en titres et photos,

Car à tout grand naufrage il faut de grands héros

Pouvant alimenter des médias les tambouilles.

TITANIC: 14 avril

Carte postale TTNC 14 04

TITANIC : 14 avril

 

 Quand le ciel est clément et les flots tout autant,

Que c’est dans le whisky que miroite la glace,

Que l’océan chatoie en sa vaste bonace,

Et qu’on est des élus, on est omnipotent.

 

Que nous chaut lune noire en face du Titan

Constellé de ses feux illuminant l’espace,

Empreinte du divin en son sillon tenace,

Et qui vainc l’océan, triomphe du printemps?

 

Un plantureux repas bien arrosé de crus

Nous incite au sommeil, avinés et repus,

Tandis que confiné, l’émigré n’a que dalle.

 

Et presque mille ils sont, de misère recrus,

À vivre ainsi croupis, entravés tant et plus,

Quand le flanc du Titan subit l’assaut fatal.

 

 

 

TITANIC: 13 avril

titanic-derniere-photo modif

TITANIC : 13 avril

 

Dans la soute à charbon, plus de braises latentes,

Le Titan débridé accélérant l’élan,

Voguait plus résolu que l’ample goëland,

Un Titan ne saurait souffrir la moindre attente.

 

Tout semblait s’arranger, la pente était tentante

De faire sourde oreille aux steamers signalant

Bancs de glace inquiétants. Nonchalant, indolent,

Dear Ismay méprisa ces menaces flottantes.

 

Ne remonta jamais au sage capitaine

Qu’en mettant cap au sud on évitait déveine,

La radio se pliant aux babils égotiques.

 

Car c’était à l’envi, insane et dérisoire

De se vanter aux siens de nager dans la gloire…

À trop se trémousser, on défiait l’Atlantique.

 

 

TITANIC: 12 avril

Carte postale TTNC Ismay Morgan

TITANIC : 12 avril

 

Dans la lutte acharnée entre Ismay et Morgan,

L’impérialiste enjeu des lignes maritimes,

Le Titanic n’était que prélude à l’abîme

Où l’hydre du Dollar tout délite et condamne.

 

En tenues de gala, l’élite en ses pavanes

En ses lieux réservés, ses salons très intimes,

Les richards avenants, oublieux de leurs crimes

S’autocongratulaient en grillant des Havanes.

 

Et face à l’océan qui semblait se soumettre

À leur hilarité, à leurs désirs de maîtres,

S’effaçaient leurs soucis sur ce steamer géant.

 

Nonobstant, vrais Yankees, ils portaient tous une arme

Par habitude ancrée de parer aux alarmes…

Ce steamer en sa soute entassait des migrants !

 

 

TITANIC: 11 avril

Carte postale TTNC Berthe et Mahala

TITANIC : 11 avril

 

À bord de ce palace une Diane trônait,

Maîtresse de tout vent, d’ouragan, de tempête,

Et tandis qu’on dînait, buvait, ivres de fête,

Un orchestre envoûtait l’étincelant palais.

 

Et Berthe malgré tout, attentive aux attraits

Comme au rang de Madame, au nombre de toilettes,

Parures et bijoux qu’il fallait qu’elle apprête,

Rendait inégalé ce qu’on crût trouver laid.

 

Car Berthe et Mahala, sur ce steamer si sûr,

Par un temps si serein, de l’aube au ciel obscur,

Sans le savoir vivaient ce que rien ne sépare.

 

Et qu’enfant de coron, et gamine anonyme

Ait ainsi secondé destin de richissime,

C’est le fait d’un Titan qui largua les amarres.