A livre d'heures flamant couleurs 2*

 

La Loge

 

De la loge où le maître en secret les compasse,

S’égrènent dès l’aurore apprentis et compaings

Dévoués à la pierre, au mortier, au grappin

D’où surgiront l’ogive et la grande rosace.

 

Dans la loge où la craie des esquisses s’efface,

Où rompus de fatigue ils ont rompu le pain,

Tous ces fervents maçons entonnent les refrains

Du mystérieux métier qui les rend si sagaces.

 

Tailler, lisser, polir, mortaiser pour demain,

Œuvrer dans la ténèbre au lumineux chemin

Qui mène à l’univers de l’œuvre qui les fonde,

 

Et façonner sans fin de leurs fertiles mains

Ce pieux puits de lumière où s’ouvre l’être humain

À ce qui est en lui ferment de paix profonde.

 

*Livre d'Heures flamand du XVè/ XVIè siècle