VDN 26 09 redim

Voix du Nord

Bray-Dunes Quand « Le Baiser » d’Alain Souchon inspire le tueur en série de Jean-Pierre Bocquet

Bon connaisseur de Bray-Dunes où il a enseigné et vécu, Jean-Pierre Bocquet y a posé l’intrigue de son dernier roman.
Bon connaisseur de Bray-Dunes où il a enseigné et vécu, Jean-Pierre Bocquet y a posé l’intrigue de son dernier roman.

«  Pour le cinquantenaire de l’Amicale laïque de Bray-Dunes, son président Yves Davroux a fait venir Alain Souchon. Une plaque commémorative avec une photo de la plage et des paroles de sa chanson a été inaugurée. Je me suis toujours dit que je pourrais faire un polar à partir de ça  », raconte Jean-Pierre Bocquet. Résultat : la plaque sert de cadre à une scène pivot de son nouveau polar, Tuer n’est pas aimer.

Un assassin presque philanthrope

Jean-Pierre Bocquet s’est mis dans la tête de son tueur pour raconter, à la première personne, le périple meurtrier de cet ingénieur chimiste, qui le conduit, dans l’anonyme quiétude bray-dunoise, à la recherche de sa nouvelle victime. Un assassin presque philanthrope : «  Il pense accomplir quelque chose de bien car il prend des femmes en situation affective désespérée et veut les amener au bonheur pour les liquider au moment où elles sont pleinement heureuses.  » Sa méthode : une approche par les sens, et une opportune dose d’ocytocine, «  l’hormone du plaisir  ».

Les choses ne se passeront pas comme prévu pour le tueur, qui ne regardera pas toujours sa victime potentielle comme telle et qui devra lui aussi jouer les enquêteurs. Tuer n’est pas aimer regorge de surprises, jusqu’au bout. À découvrir à partir de ce vendredi soir… à Bray-Dunes !

« Tuer n’est pas aimer », éditions Ravet-Anceau, 270 pages. Prix : 12 €. Dédicaces ce vendredi à 18 h 30 à la médiathèque de Bray-Dunes ; samedi 6 octobre (après-midi), à La Librairie, rue Emmery à Dunkerque ; dimanche 14 octobre au salon Théodolivres de Téteghem ; les 10 et 11 novembre au salon du livre de Coudekerque-Branche.