16 octobre 2018

Le sonnet du jour: L'esquif

*photo Emmanuel Pierrat  L’esquif Le frêle esquif au gré des flots suit ses chimères, Ivre de houle il tangue et roule en cabotant De port en port, tirant des bords par tous les temps, Insolemment il cingle et vogue en eaux amères. Le frêle esquif tout enfiévré du chant d’Homère Frôle en silence au long des quais les nefs d’antan, Les vieux gréements que l’on amarre aux cabestans Et l’œil éteint du bateau-feu, phare éphémère. Son nautonier ébouriffé fume bouffarde D’âcre tabac de flibustier et trop lui tardent Les vents... [Lire la suite]
07 mai 2018

SOUCHON L'ENCHANTEUR

Souchon l’enchanteur Bardes et poètes, trouvères, ménestrels, Aèdes à la lyre en des temps plus anciens, Et même avec son luth un prince nervalien, Oubliaient cette mer que chante Jacques Brel. Neptune et son trident, néréides, cheptel Fabuleux et fatal de monstres amphibiens, Amphitrite et Triton, et Vénus en son bain, L’anadyomène, tel était le rondel… À Malo-Bray-Dunes, c’est un autre regard Que portent désormais depuis un certain soir Tous ceux qui, transportés, vivent d’un cœur nouveau Aux mots d’Alain, de sable et... [Lire la suite]
07 janvier 2017

Le sonnet du jour: Aux galeux la galette.

*   Aux galeux la galette     Où donc aurais-je vu trois rois de trois fois rien, Trois rois républicains sans terres ni couronne, Friands de frangipane et pressés qu’on leur donne Moyennant trois euros le suc prolétarien ?    Je ne sais où créchaient ces semblants de vauriens ; Peut-être à Levallois ? Dans l’antre des matrones ? Mais aucun d’eux n’est mage et jamais ne fredonne Qu’un enfant nous est né pour notre plus grand bien.   La galette ils suivaient plutôt que... [Lire la suite]
29 décembre 2016

2016 D'une année l'autre 2017.

* 2016 D’une année l’autre 2017     Dans ses jours sans éclat une année moribonde S’en va comme à regret, sous les regards marris Des orphelins d’amour, de tous ceux qu’ont taris Les odieux attentats, la violence immonde.   Dès demain l’an nouveau, en concerts de faconde Enrubanné de vœux de Mossoul à Paris Va bercer les enfants, la mère et son mari, De mille paradis de promesses fécondes.   Permettez qu’aux vœux pieux la pensée vagabonde S’arrime un seul instant et que s’ouvre la bonde Qui peut... [Lire la suite]

19 décembre 2016

Le sonnet du jour: DE QUELQUES OUTILS

DE QUELQUES OUTILS…     Aux esprits de guingois, gauchis de certitudes, Empêtrés par l’ego les pliant à sa loi, Il faudrait des outils pour façonner l’aloi Et trouver le chemin des nobles attitudes.   Aux esprits assoupis, oublieux de l’étude Et de l’humilité, qu’un vigilant emploi De règle et de levier éveille aux entrelacs Des efforts qu’on égrène à vivre en rectitude !   L’équerre et le compas présideront aux pas, À l’empan de la dextre et senestre à l’ouvrage, Et qui n’auront de cesse et... [Lire la suite]
16 décembre 2016

Le sonnet du jour: AGAPE

* AGAPE   S’il reste à partager un peu de pain et d’eau Ou que vienne à manquer cette maigre pitance, Il nous reste les mots et même les silences Et le don fraternel des sourires jumeaux…   Des regards avivés de ceux de Birkenau, De ceux qu’on liquidait, à la blessure immense, Et qui pourtant rompaient en signe d’espérance La moindre miette en deux au nez de leurs bourreaux.   En nos temps de misère et de molle opulence Où comme un imbécile à Noël je me lance Dans la course à la bouffe, à nourrir une... [Lire la suite]
13 décembre 2016

Le sonnet du jour: ALEP

* ALEP   Piégés par les gravats, murés par les décombres, Des légions d’innocents subissent chaque jour Dans la cendre et le sang un horrible Oradour ; Et ce n’est qu’un début, un prologue au plus sombre.   Sous la pluie des obus et des bombes sans nombre Combien d’enfants perdus, sans même un peu d’amour, Que charcute la mort, dépeçant tour à tour La chair qui vient de naître et l’âme qui l’encombre ?   Et pendant ce temps-là, tout fringants d’allégresse, Le potentat Poutine et le bourreau... [Lire la suite]
08 décembre 2016

FOUS DE DIEU

Fous de Dieu   Ne croyez pas ce que je dis, Croyez plutôt ce que j’en pense ; N’accordez pas trop de crédit  À tout ce que je manigance.    À vous leurrer, dès le lundi, Vidant mes mots, je me dépense ; Je vous promets le Paradis Si vous savez m’emplir la panse.   Et pour cela, bon Dieu, pardi ! Vous liquidez dans l’insouciance Les innocents sans contredit Bourrés de mou et de démence.
Posté par JP BOCQUET à 18:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,