La route du Rom

              Je suis le scrofuleux, je suis la chose immonde ;
              On me traque, on me fuit, on m’interdit le monde ;
              Et banni de partout j’ai grandi par hasard
              Comme un errant galeux nourri de désespoir.


               Je suis l’enfant flétri des chemins assassins
               Où s’étiola ma mère, où s’alanguit son sein ;
               Et quand tombe le jour, que se croisent les ombres,
               Je suis l’évanescent des recoins les plus sombres.

               Je suis sans le savoir, placardant mon regard
               Et mon corps en décor, aux carrefours hagard ;
               Sans amour, sans pays, familier des poubelles.
               Je vis de détritus, soumis aux salmonelles.

               Je suis ce que je suis, l’animal émissaire
               Coupable d’exister, d’afficher ma misère
               Et d’encombrer hélas la conscience en stand by
               De ces ventres repus au confort de canaille.

               Je suis romanichel, romani, pauvre rom
               Chargé de tous les maux ; je suis pourtant un homme,
               Un frère en Jésus Christ si j’en crois les chrétiens ;
               Et malgré mon désert, mes désirs sont les tiens.

               Je suis l’exclu, le réprouvé, l’indésirable ;
               Je n’ai jamais foulé la paille de l’étable,
               Illégal décrété par ceux que je dérange,
               Et pendu haut et court dans leur sourire étrange.

               Ah ! si j’étais yankee, chinois et plein aux as,
               Enfant du CAC 40 ou bien d’amours salaces,
               J’aurais droit de cité sur la place publique
                À côté des nantis aux fortunes obliques.

               Mais enfin mon ami, s’il faut que je le dise,
               S’il me faut te céder un peu de ma franchise,
               S’il me faut sur la route où s’épuisent mes pas
               Le crier aux furieux qui rient de mon trépas,

               Nous n’avons qu’une vie et nous mourrons un jour,
               Embarqués tôt ou tard sans le moindre recours
               Vers la rive insensible aux nationalités
               Et, vers, nous mêlerons nos corps entrelacés.